Gnocchi - un plat chargé d'histoire, de coutumes et de légendes

gnocchi de pommes de terre maison non cuits.

Gnocchi ! Soyeux, tendre et délicieux ! C'est l'une des pâtes italiennes les plus traditionnelles et les plus appréciées. Elle est imprégnée d'histoire, de coutumes et de légendes. Dans cet article, nous voulons lui rendre hommage en faisant la lumière sur les faits les plus intéressants.

Gnocchi ou noqui ? Les deux mots sont corrects

En italien, cela s'écrit "gnocchi". Cependant, il est également correct de dire "noqui". Le fait qu'il existe des variantes du nom du produit est le résultat de son expansion et de son influence dans la gastronomie de différentes cultures. C'est un plat italien à l'origine, mais il est très traditionnel dans des pays comme l'Argentine, le Chili, le Paraguay et l'Uruguay. C'est peut-être le résultat du grand nombre d'Italiens qui ont émigré en Amérique latine au début du XXe siècle. Comme le dit le dicton, "rien ne vaut son chez-soi", les gens aiment se souvenir de leurs origines à travers les saveurs de la cuisine traditionnelle de leur pays d'origine. Cela crée les fusions les plus délicieuses de la gastronomie.

Pour en revenir au mot "gnocchi" et à sa signification, on peut dire qu'il se traduit par "morceaux", en raison de sa forme. Cependant, certains pensent que, étymologiquement, il vient du mot "nocchio", qui désigne une branche d'arbre, ou du mot "nocca", qui signifie pierre.

Origine des gnocchi

Les gnocchis ancestraux sont originaires de Rome et sont des "zanzarelli", réalisés avec de la chapelure, du lait et des amandes concassées. Ils étaient courants dans les banquets de la Renaissance. Il y avait différentes variétés de zanzarella à l'époque. Il y avait des zanzarelli orange, au safran et au potiron, et des zanzarelli verts, à la betterave et aux épinards.

Au XVIIe siècle, les zanzarelli ont été transformés en "malfatti" en remplaçant les amandes moulues et la chapelure par de la farine, de l'eau et de l'œuf. Cependant, la véritable transformation du plat s'est faite avec l'ajout de pommes de terre et cela n'a pas eu lieu grâce à l'importation de pommes de terre en Europe. Toutefois, ce n'est qu'au XIXe siècle que la pomme de terre est devenue un élément indispensable de la recette, et ce en raison de la protestation de l'opinion publique.

À cette époque, les seigneurs féodaux, appelés signori, possédaient presque tous les moulins. Là, les paysans, ou contadini, moulaient le blé pour obtenir de la farine, qu'ils utilisaient pour fabriquer des pâtes. Cependant, vers 1880, les signori ont augmenté les frais que les contadini devaient payer pour avoir accès aux moulins. Face à cette augmentation des prix, de nombreux agriculteurs ont décidé d'expérimenter d'autres produits moins chers et c'est là que la pomme de terre est entrée dans la recette, remplaçant une partie de la farine. C'était un grand succès !

Un plat dont la recette est différente dans chaque région d'Italie

L'une des choses que nous aimons le plus dans les gnocchi est qu'il s'agit d'un plat traditionnel dans de nombreuses régions d'Italie, chacune apportant sa propre touche à la recette. Dans le nord de l'Italie, par exemple, il existe une variété appelée "canederli". Dans ce cas, ils ne sont pas faits avec des pommes de terre, mais avec du pain, du lait, de la farine et de la viande séchée. Ils sont minuscules, très semblables à ceux cuisinés dans l'Italie médiévale, et sont généralement servis avec du bouillon, du chou et de la ciboulette.

Dans le nord, à Piacenza, on trouve également un autre type de produit appelé "gnocchetti". Les épinards sont utilisés dans la pâte, d'où leur couleur verte caractéristique. Ils sont le plus souvent servis avec une sauce au fromage gorgonzola. Dans la région de Mantoue et de Parme, les citrouilles sont très typiques dans la recette. Ils sont servis avec du beurre, du fromage parmigiano reggiano et des feuilles de sauge.

Si nous allons vers le sud, dans la région de la Campanie, nous trouvons des gnocchi "alla sorrentina". Dans ce cas, l'ingrédient principal est la pomme de terre. Ils sont servis en casseroles avec de la sauce tomate et du basilic frais. Cette recette typique serait née dans une petite taverne de Sorrento, d'où son nom.

Un détail qui relie toutes les variétés de gnocchi

Comme nous l'avons mentionné, il y a des différences dans les ingrédients qui composent la pâte ; il y a aussi des tailles différentes, plus petites ou plus grandes, et des formes différentes, certaines plus ovales et d'autres plus rectangulaires. Au-delà de l'essentiel, comme les ingrédients généraux de la base ou la méthode de préparation, quel est le détail que presque tous les gnocchis ont en commun ?

Ces signes distinctifs rayés vous viennent-ils à l'esprit ? Eh bien, c'est la clé du problème. Vous pouvez les préparer à la maison avec une fourchette, mais ils sont faits avec des gnocchi en bois, ce qui leur donne une identité particulière que vous reconnaissez dans tous les types de gnocchi. Cette petite rainure appelée "riga" aide les gnocchis à cuire uniformément à l'intérieur et à l'extérieur. Il aide également les gnocchi à se combiner avec la sauce lorsqu'ils sont servis à manger.

Une recette ancrée dans la légende

La légende la plus célèbre concernant les gnocchi est qu'ils sont généralement consommés le 29 de chaque mois. L'histoire raconte que Saint Pantaleon, un jeune médecin récemment converti au christianisme, a émigré en Italie pour échapper à la répression à laquelle il était confronté dans son pays. Là, il a été recueilli par d'humbles fermiers qui lui ont donné une assiette de gnocchi à manger. En remerciement, le jeune homme les a bénis, leur souhaitant une merveilleuse récolte. Par coïncidence ou par miracle, le souhait du saint a été exaucé et cette année-là, les agriculteurs ont eu une récolte sans précédent. On croit que cet événement a eu lieu le 29, donc déguster une délicieuse assiette de gnocchi ce jour-là est un symbole de bonne fortune.

Une autre coutume ancrée dans la recette consiste à cacher une note sous le plat. Cette tradition est plus récente et semble avoir vu le jour pendant la Seconde Guerre mondiale, lorsque des assiettes de gnocchi étaient servies pour nourrir les familles les plus démunies et que, à l'occasion, certaines personnes cachaient un billet de banque sous le plat pour contribuer à cette aide. Un geste précieux qui fait de cette coutume un symbole de solidarité et d'empathie.

Autres articles intéressants

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.